Projet spare - réunion inter-atelier


En savoir +

Comment agir ?

Je suis agriculteur

Réduire sa consommation

Après 25 ans de travail avec le secteur agricole au niveau de la CLE et des contrats de rivière, aucun changement radical des pratiques agricoles n’est envisageable.

La technique permet d'adapter de mieux en mieux l'irrigation au besoin des plantes. Parmi les outils à disposition des irrigants pour mieux maîtriser les apports d'eau pour l'irrigation, il existe aujourd'hui des sondes tensiométriques pour mesurer l'humidité du sol et aussi les données climatiques (ETP et ETM) sur les besoins des différentes cultures. Ces données sont disponibles dans les Zooms (publications de la Chambre d'Agriculture 26 par abonnement).

Dans le bassin versant, l’élevage est fortement présent et il est important de le conserver. Par contre, le territoire n’est pas autosuffisant en aliments d’élevage et doit importer plus du tiers du maïs nécessaire à l’aviculture. A l’heure des bilans carbone, il semble aberrant de réduire la production de maïs en local pour en favoriser l’importation, même si le besoin en irrigation du maïs demande en juillet 40 à 50 %.

Les pistes les plus réalistes pour résoudre les problèmes de gestion quantitative, tout en maintenant une agriculture dynamique et rentable sur le territoire, restent la recherche de substitutions pour diminuer les prélèvements en eaux de surfaces. De façon individuelle, la Chambre d’agriculture est votre interlocuteur privilégié pour trouver les solutions techniques les plus économiques en eau.

Dans ce cadre, la CLE recommande la mobilisation, d’ici 2015, de nouvelles ressources de substitution qui permettraient de diminuer les prélèvements réalisés en eaux de surfaces et nappes d’accompagnement en période d’étiage (Rec.11 de l’enjeu n°2).

Concernant les canaux d’irrigation à vocation agricole (ou domestique), ils peuvent dériver de l’eau toute l’année avec une gestion des vannages empirique. Certains d’entre eux, du fait de leur structure, sont favorables à la biodiversité, mais en période d’étiage peuvent porter préjudice au cours d’eau au niveau du tronçon court-circuité. Il est donc impératif d’avoir une meilleure gestion des vannages, notamment de la prise d’eau, du débit prélevé et de sa restitution (Rec.39 de l’enjeu n°4).